Virtualisation : «trucs et astuces pour optimiser son infrastructure virtualisée»

Astuces virtualisation

Nous faisons tous le constat que nos infrastructures ne sont pas optimisées (VM inutiles, surdimensionnées, sous-utilisation des ressources …).

Voici quelques conseils permettant de rendre son infrastructure plus efficiente, en bref être capable de combiner moins de ressources et plus de performances.

Première question à se poser : avez-vous mis en place une gestion du cycle de vie de la VM complète ?

Quand on parle de gestion de cycle de vie, c’est l’ensemble du processus et pas seulement la première étape : « la phase de création de la VM ». Le cycle de vie d’une machine virtuelle consiste en sa création et sa configuration (la configuration de ses ressources virtuelles, c’est-à-dire l’allocation), son exploitation (utiliser la machine virtuelle et gérer son état) puis sa destruction.

Généralement on est très bon sur cette première phase « création de la VM », et c’est un peu pour cela que nos parcs de VM ne cessent d’augmenter…

La création OK, …mais dans une logique de bonne gestion pérenne, et pour bien maîtriser son parc il faut également être capable de :

  • redimensionner (à la hausse mais également à la baisse les VM)
  • supprimer ces VM inutiles

Et généralement ces 2 étapes sont oubliées …ou alors on ne sait pas trop comment s’y prendre.

 

LES 3 PHASES :

Etape 1 : création de VM

Concernant la phase de création de VM, parfois les équipes études et/ou les éditeurs font des demandes un peu à la louche, ou au feeling très largement surdimensionnées (on est souvent dans le fameux principe « ceintures -bretelles : on ne maitrise pas toujours très bien donc on prévoit large au cas où …).

Un conseil, restreignez dès le départ les allocations des VM … il est toujours plus facile de rajouter que d’enlever des ressources (le fameux sentiment de « reprendre c’est voler …» ; l’impression d’être dépossédé…).

Et si jamais lors des premiers jours de vie de la VM, des problèmes de performance sont constatés, il est toujours possible d’ajouter des ressources et ainsi avoir une allocation adaptée à la VM.

En parallèle, n’oubliez pas de noter les informations suivantes : date de création, pour quel projet, le propriétaire de la VM, une date de fin (dans le cas de POC) ; toutes autres informations qui permettent de comprendre facilement la vie de cette VM (ex. saisonnalité de la VM, dépendance, environnement…).

Dans DC Scope, la vue VM synthèse permet de centraliser toutes ces informations et de les retrouver sans efforts.

Ces informations vont nous être utiles pour les 2 étapes suivantes.

 

Etape 2 : redimensionnement de VM

N’attendez pas d’être sous contrainte de ressource pour redimensionner vos VM ; des VM bien « taillées » c’est évidemment des ressources mieux utilisées, mais c’est également une meilleure visibilité sur ses capacités. Cerise sur le gâteau c’est souvent des VM qui tournent mieux (ce sera le sujet d’un prochain article « trop de VCPU moins de performances »).

Je vous conseille de mettre en place tous les trimestres un point optimisation / suppression.

DC Scope dispose d’une granularité à la minute sur tous les compteurs VMware, il n’y a donc aucune perte d’information, contrairement au vCenter qui lui agrège la donnée régulièrement (dès 24h de données). Cette « finesse » dans la durée permet à DC Scope de faire des préconisations de redimensionnement en prenant en considération toutes les particularités de la VM (les préconisations ne se basent pas uniquement sur des moyennes, elles prennent également en compte les pics).

Je préconise également de conserver l’historique de ces redimensionnements et les ressources gagnées ; c’est toujours intéressant de pouvoir valoriser son travail (DC Scope va les stocker en automatique).

 

Etape 3: suppression de VM

Il est toujours délicat de supprimer des VM … sauf si on est bien organisé et c’est également lors de cette étape qu’il est important de connaître le propriétaire de la VM, ainsi que son éventuelle date de fin de vie. En effet, c’est à lui que sera adressée la liste des VM très peu utilisées (« idle ») et la présence d’une date de fin peut conforter dans l’idée que ces VM « idle » ne sont plus utilisées.

Avant cette suppression définitive, certaines organisations préfèrent éteindre ces VM pendant quelques temps (temps dépendant des organisations). C’est également une bonne pratique si l’on n’oublie pas de supprimer ces VM. J’ai constaté chez certains clients une fâcheuse tendance à cumuler des VM éteintes…

DC Scope possède une analyse unique permettant d’identifier toutes les VM très peu utilisées. Il est toujours très compliqué avec la virtualisation d’identifier qu’une VM n’est pas utilisée, car toutes les VM ont une activité indépendante de leur usage réel (activité liée à VMware, l’antivirus, la sauvegarde…).  DC Scope permet d’être exhaustif et de classer ces VM automatiquement.

 

En complément de cette gestion du cycle de vie de la VM, il existe d’autres axes pour optimiser son infrastructure… Que nous verrons dans un prochain billet

 

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.